La guerre de l’Art

On connaissait L’Art de la guerre de Sun Tzu, voici La Guerre de l’Art de Steven Pressfield, un traité de stratégie pour utiliser au mieux son pouvoir créatif!
 
the-war-of-art
Bien qu’employant le vocabulaire de la création artistique (principalement celui de la création littéraire), le livre s’adresse à tout créateur en général. C’est pourquoi, ce livre est une véritable référence pour… les entrepreneurs!
Remplacez “art” par ce que vous voulez et qui vous tient à cœur et bonne lecture!
 
 
 
 
 
 

La Résistance 

L’acte de création n’est pas qu’une partie de plaisir et la simple pensée de la douleur qui l’accompagne peut nous dissuader d’entreprendre quoi que ce soit.
Ainsi, si l’art est une guerre qu’on mène,  la première chose à faire est d‘identifier l’ennemi. Pressfield appelle ce qui nous empêche d’être créatif, la Résistance. 
 
“Écrire n’est pas difficile. Ce qui est difficile, c’est s’asseoir pour écrire. 
Ce qui nous empêche de nous asseoir c’est la résistance”
 
La Résistance est bien souvent un acte d’Auto-sabotage qui peut se manifester de plusieurs manières :
 
  • la plus répandue, la procrastination ou comment tout remettre au lendemain. Le meilleur moyen de ne rien faire au final.

 

  • le recours aux dépendances diverses (drogues, alcool, nourriture, les autres) qui ne sont qu’une fuite de la réalité et du moment présent. Or pour créer, il faut être ancré dans l’ici et maintenant. 

 

  • s’attirer sans cesse des problèmes  est une excellente façon d’éviter d’exercer sa créativité. Ce processus est bien souvent inconscient mais pensez-y la prochaine fois que vous vivrez une situation conflictuelle :  

“est-ce que je ne cherche pas une diversion pour ne pas me mettre sérieusement à mon art/travailler sur mon objectif?”

 

  • on peut même arriver à se créer des maladies, suffisamment graves pour se détourner de son art. se créer des maladies pour se donner une raison valable et suffisamment grave pour se détourner de son art

 

D’une manière générale, tout ce qui nous détourne de nous-même est une diversion venant de cette maudite Résistance.
 
 
A savoir que la Résistance peut également venir des autres, ceux-là mêmes qui luttent avec leur propre résistance et qui se sentiraient menacés de vous voir accomplir des choses. En effet, vous voir travailler sur vos objectifs/votre art remettrait en question leur mode de fonctionnement. Ils préféreront donc que vous restiez comme avant.
Un petit ménage, ou du moins une prise de recul, pourra s’avérer nécessaire.
 
 
 

Adopter la bonne stratégie : se comporter comme un professionnel

L’auteur constate que, trop souvent, on considère son art comme un simple passe-temps, un hobby, ce qui nous amène à adopter une attitude d’amateur. Créer en dilettante est la meilleure manière de ne rien réaliser au final.
Il conseille donc de changer totalement de posture et de se comporter comme un artiste professionnel voué à son art. Et comment agir en professionnel?
 
  • Travailler son art tous les jours. Il ne vous viendrait pas à l’idée de manquer un jour de travail (enfin si, mais personne ne le fait). Eh bien, c’est pareil ici. Maître mot : discipline.

 

  • Travailler toute la journée. Là, Pressfield ne nous dit pas comment faire quand on a un travail alimentaire qui nous occupe 8h par jour. Je crois bien qu’il s’en fiche (ah ces auteurs américains!) et nous encourage à faire de son art, son travail.

 

  • Se faire payer! Oui, voilà ce qui différencie l’amateur du professionnel. L’amateur fait ça “juste parce qu’il aime ça” tandis que le professionnel, conscient de la valeur qu’il apporte aux autres, se fait rémunérer en conséquence. S’ensuit l’éternel débat entre “vivre de son art” ou pas. Pas toujours facile pour un artiste! (ah ces auteurs américains). Les entrepreneurs, en revanche, s’y retrouveront davantage.

 

  • Ne pas s’identifier à son art/son travail. Le travail occupe certes une partie de notre vie mais n’est pas notre vie. e qu’on créée ne nous appartient pas.Ne pas s’identifier à sa création permet de ne prendre personnellement ni les critiques ni les éloges.

 

  • Ne pas se prendre au sérieux. Voyez-vous le détachement que vous avez par rapport à votre travail? Eh bien, faites de même avec votre art. Dites “écrire ce livre m’emmerde!”, riez de vos bourdes, soyez détaché! 
 

Accomplir sa destinée personnelle

Attention ça devient mystique ! La Guerre de l’Art part du principe que chacun d’entre nous vient en ce monde pour accomplir sa destinée personnelle.
 
“Nous ne pouvons pas être tout ce que nous voulons. Nous venons dans ce monde avec une destinée personnelle et particulière” 
 
L’art n’est donc pas une activité égoïste qu’on réalise pour recueillir applaudissements et reconnaissance. Au contraire, aligné à sa mission de vie, créer est une contribution au monde. Et chacun a un rôle à jouer. C’est pourquoi il est nécessaire, voire indispensable de vouer sa vie à créer. 
 

Comment trouver sa mission de vie ?

C’est bien joli ces mots “art”, “créer”,  “mission de vie”  mais concrètement, comment fait-on ?
À ceux qui ne savent pas encore où aller, l’auteur propose deux méthodes :
  • Être à l’écoute de sa peur et entendre ce qu’elle a à nous dire. Eh oui, rien ne se passera dans sa zone de confort!
 
“Si vous êtes paralysé par la peur,  c’est bon signe. Elle vous montre ce que vous avez à faire ”
 
 
  • Se poser cette question fondamentale :

“que ferais-je si j’étais absolument seul au monde?”

En effet, on peut être amené à faire certaines choses pour les autres, à agir en fonction des autres ou pour recueillir une certaine reconnaissance. On peut même être doué! Être talentueux dans un domaine ne signifie pas que là est notre voie. 
J’ai trouvé cette question extrêmement intéressante qui m’a amenée à m’interroger sur certaines de mes activités :
 
“maintenant qu’il n’y a plus personne à impressionner, est-ce que je veux continuer à faire ça?”
 
 

Au final,

Je le dis à chaque fois mais juste au cas où le message ne serait pas passé, être artiste ne se limite pas à l’art tel qu’on le conçoit traditionnellement. La Guerre de l’Art est un bon livre sur la créativité,  à l’américaine avec sa dose de philosophie New Age qui donne envie de se lancer dans la bataille!

© 2016, gicarmel. All rights reserved.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: