L’inspiration Pierre Rabhi

Paysan retiré en Ardèche, auteur de plusieurs ouvrages sur l’écologie biologique, personnage soutenu notamment par Marion Cotillard ou Nicolas Hulot, Pierre Rabhi est l’inspiration de la semaine.
 
L’un de ses livres, Vers la Sobriété Heureuse est une vraie bouffée d’espoir qui remet aussi en question la société de consommation.
  vers la sobriété heureuse, pierre rabhi

Qui est Pierre Rabhi?

Né en Algérie en 1938, Pierre Rabhi perd sa mère jeune et son père, ancien forgeron passionné par son art, se retrouve bientôt obligé de risquer sa vie en travaillant dans les mines.Il décide de confier Pierre à une famille française afin que l’enfant soit instruit et “devienne quelqu’un”.  La réussite scolaire n’est pas au rendez-vous et, alors que la guerre d’Algérie éclate, Pierre Rabhi décide de s’installer en région parisienne où il devient ouvrier spécialisé. Période de grande souffrance. Il se sent rapidement prisonnier d’un système qui l’oblige à travailler non pas pour vivre, mais survivre, et consommer encore et toujours plus. Ainsi, dans les années 1960, il décide, avec son épouse, de quitter la folie des villes pour s’installer dans un petit village ardéchois. Là bas, il apprend à cultiver la terre et décide de vouer sa vie à l’agroécologie, une méthode d’agriculture biologique.
 

Dans Vers une Sobriété Heureuse, il tire la sonnette d’alarme et cherche à attirer notre attention sur plusieurs sujets.
 
 

Contre la modernité et la société de consommation

Pour Pierre Rabhi, la modernité conduit l’humanité à sa perte.  

 

Le désastre de l’agriculture chimique

Tout le monde le sait, l’utilisation d’engrais et de pesticides , l’exploitation intensive de la terre ont appauvri les ressources naturelles et menace la biodiversité. Les conséquences sont désastreuses puisque certaines terres deviennent stériles, l’utilisation massive de l’eau épuise les nappes phréatiques. Sans parler de l’impact des OGM sur la santé.
Alors que la culture intensive permet un rendement plus important et aurait dû , en principe, pouvoir nourrir un nombre plus important de personnes, la famine fait toujours rage dans certaines parties du monde.
 
Rabhi affirme pouvoir mettre fin à la faim dans le monde grâce à l’agroécologie, un type d’agriculture respectueux de la nature. Au lieu d’utiliser des OGM, P. Rabhi suggère de réutiliser les déchets via la technique du compostage par exemple.
L’agroécologie pourrait ainsi nourrir toute la planète, à condition qu’on arrête de produire massivement. Il prône ainsi un système plus local où chacun  collabore et contribue à sa communauté. Exit l’agriculture mondiale donc.
 
 
L’asservissement par le travail
Le progrès technologique, présenté comme une libération a, en fait, conduit l’homme à l’asservissement, notamment dans le domaine du travail.
Le travail dans les champs, difficile mais qui s’effectuait au rythme de la nature est remplacé par le travail dans les usines où seule compte la productivité. On entre dans l’ère de la rationalisation du travail : horaires fixes, division technique du travail, soumission à la hiérarchie, échange de son temps et de son énergie contre de l’argent.
Cet argent, promu valeur centrale, permet au travailleur d’accéder au monde de la (sur)consommation. 
 
“L ère du travail en tant que raison d’être a pour corollaire l’immodération appelée par l’argent et les nouvelles choses à acheter”
 
Pierre Rabhi compare la société moderne à une prison dans laquelle l’homme est condamné à produire de la richesse, pour enrichir quelques uns (surtout), pour pouvoir consommer (bientôt sa principale motivation).
Très justement, il utilise le thème de la boîte, symbole d’enfermement, pour tracer l’itinéraire de l’existence humaine :
“De la maternelle à l’université, on est enfermé dans un bahut. 
Tout le monde travaille dans des boites.
Pour s’amuser, on va en boîte.
Pour s’y rendre, on va en caisse.
Il y a la boite à vieux (la maison de retraite). Et la dernière boite (le cercueil…)”
 
 

Réflexion sur la place de la femme

Dans nos sociétés, la femme est désignée, à la fois, comme la principale consommatrice des ménages (elle est la cible préférée des publicitaires) et présentée comme un objet de consommation.
Un système en boucle se met en place. La femme, objet de désir, doit maintenir son potentiel de séduction et ainsi consommer davantage pour préserver ce pouvoir. Objet de consommation et consommatrice donc.
 
Pour Pierre Rabhi, ce monde qui court vers la modernité, vers du “toujours plus” est un monde d’hommes fondé sur la compétition, la conquête, la violence, dans laquelle la femme peine à trouver sa place. Il constate qu’hormis Marie Curie, aucune femme n’a été à l’origine d’une invention technologique majeure. Il explique cela par le fait que la femme, de par sa nature, protège la vie.
Il s’agit là d’une vision un peu mystique (Pierre Rabhi est d’ailleurs critiqué sur ce point), chacun porte en soi une part féminine et masculine qu’il peut exprimer. Rabhi constate simplement qu’il y a un déséquilibre entre les valeurs masculines et féminines dans nos sociétés qui a pour conséquence la destruction de notre planète.
 
 

Réflexion sur nos jeunes et nos anciens

La vieillesse est désormais considérée comme une déchéance et non plus comme le temps où l’on est valorisé parce qu’on a accédé à une certaine sagesse. Au contraire, être vieux, c’est être isole de la société, parfois condamné à vivre dans la solitude.  La société moderne a segmenté la population et les a regroupé par âge.
C’est le cas à l’école également. Pierre Rabhi est très critique à l’égard de l’Education Nationale.
 
“Ce que tout le monde appelle éducation est une machine a fabriquer des soldats de la pseudo-économie,  et non des futurs êtres humains accomplis,  capables de penser,  de critiquer,  de créer,  de maîtriser et de gérer leurs émotions […]  Éduquer peut alors se résumer à déformer pour formater et rendre conforme”
 
Rabhi propose une “pédagogie de l’être” par le développement des talents. Concrètement, cela se traduirait par des ateliers d’initiation manuelle et artistique, des bouts de terre à cultiver. Il déconseille les jeux tout faits et préconise de laisser l’enfant créer ses propres jeux. Développer sa créativité en somme.
 
 

Pour la décroissance : la Sobriété heureuse

Pour Pierre Rabhi, il est urgent de changer son mode de consommation et d’adopter ce qu’il appelle la sobriété heureuse.pierre rabhi
Partisan de la décroissance, il préconise de se libérer du superflu et de consommer moins.
La sobriété heureuse est un art de vivre et propose une société fondée sur le partage et non sur l’accumulation. 
 
 
 
“Dieu donne pour que l’on donne”
On ressent chez Pierre Rabhi, tout son admiration teintée de nostalgie à l’égard de ceux qui ont vécu cette sobriété heureuse. A ses yeux, eux seuls ont connu la liberté.
  • Il prend l’exemple du peuple Sioux qui, malgré l’abondance, ne cumulait pas la nourriture, ne tuait les animaux que par nécessité vitale et était indifférent à l’or tant prisé par les Européens. 
  • Il revient également sur le cas de ces hommes et femmes qui traversaient le désert, et s’adaptaient à cette terre hostile.
  • Il se souvient encore de son ami d’enfance, Mohan, qui n’allait pas à l’école et s’occupait de son troupeau de brebis.
 


Et maintenant?

Vers la Sobriété Heureuse est un petit livre qui fait réfléchir. On pense à notre mode de vie rempli de stress et quelque chose en nous, nous dit que non, ce n’est pas normal.

On pense également au sacrifices et aux renoncements qu’il faudrait faire pour vivre cette sobriété heureuse et c’est là que le bat blesse. Est-on prêt? Et comment faire concrètement?
Pierre Rabhi reste très évasif sur les solutions qu’il peut apporter et tout ce qu’il avance, on le sait déjà. Alors on fait quoi?
Quoiqu’il en soit, l’exemple Pierre Rabhi reste inspirant et donne envie d’aller jeter un coup d’œil à son association “Les Colibris” qui propose d’aider les gens à construire une société écologique.
 
 agroecologie

Pour aller plus loin

  • Le Mouvement Colibri 
  • L’association Terre et Humanisme créée par Pierre Rabhi, qui développe des fermes agro-écologiques dans plusieurs pays du monde
  • La Ferme des Enfants, école privée alternative, située en Ardèche pédagogie alternative créée par Sophie Rabhi, fille de Pierre Rabhi. Elle propose évidemment une éducation à l’agroécologie.
  • Le film Demain : excellent film, incroyablement positif qui donne envie de changer les choses. Pierre Rabhi y fait une apparition 

© 2016, gicarmel. All rights reserved.

2 Replies to “L’inspiration Pierre Rabhi”

  1. Prochaine acquisition !!!
    Je partage tout à fait son analyse et constate que ce que l’on vit aujourd’hui n’est pas nouveau, et qu’il n’y a donc pas eu de grand changement depuis.
    Ah si quand même.. davantage de pollution, de dérèglement climatique, sans parler de la crise sociale et économique ! Le système alimente une minorité et nous rend dépendant de la consommation.
    Sur ce : Tous pour la décroissance !!!

  2. je suis en train de lire le manifeste pour la terre et l’humanisme de pierre rabhi en ce moment , je souscris aux valeurs prônés

Leave a Reply

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: